Saint François de Sales
Accueil AMOUR DE DIEU INTRODUCTION ENTRETIENS

 

 

Introduction à la Vie Dévote

Traité de l' Amour de Dieu

Les Entretiens de Saint François de Sales

fdesales.jpg (35694 octets)

St François de Sales, de M. Zehender de Mergentheim, 1641-1697
Abbaye d'Einsiedeln
Photo : P. Germain Varin, o.s.b.

Abbaye Saint Benoît de Port-Valais ; Bibliothèque

 

img1.gif (26320 octets)

Une Mystique Visitandine Franco-Suisse, à l'origine de la fondation des Oblats de Saint François de Sales et des Soeurs Oblates de Saint François de Sales, la Vénérable et bonne Mère Marie de Sales Chappuis.

Sa vie par le Père Brisson

 

Si vous avez des questions sur Saint François de Sales et la spiritualité salésienne, adressez-vous au Père Jean Luc Leroux, OS - (Oblat de saint François de Sales): Jean Luc Leroux

Le Père Jean-Luc Leroux a été élève au Collège Saint-Michel d'Annecy, dirigé par les oblats de saint François de Sales et il a accompli son noviciat en Suisse à Fribourg. Diplômé en sciences de l'éducation, il a prononcé ses voeux perpétuels en 1976 et a été ordonné prêtre en 1978 à Annecy. Il a exercé son ministère en communauté à Marseille, au service d'une paroisse et auprès des jeunes. De 1987 à 1999, le Père Leroux a vécu en communauté au Bénin en Afrique de l'Ouest, directeur du Centre diocésain. Aujourd'hui, il est au service des aumôneries universitaires et scolaires du diocèse de Lyon et poursuit son travail de recherche sur saint François de Sales aux Facultés catholiques de Lyon. Le thème de sa maîtrise en théologie est "L'eucharistie dans la théologie de saint François de Sales", sujet travailé durant ses études à Fribourg et Lyon.

Les homélies prononcées lors des fêtes du Vorbourg 2001 le Père Jean-Luc

 

 

Saint François de Sales

Savoyard, né en 1567 à Thorens (près d'Annecy), mort en 1622 à Lyon.
Famille de petite noblesse, mère très croyante, père au service des ducs de Nemours (Annecy) et de Savoie (Turin)

Désire très jeune être " d'Eglise ", mais son père s'y opposera pendant toutes ses études.

Etudes d'Humanités puis de philosophie à Paris de 1578 à 1588, dans le Collège de Clermont, tenu par les jésuites.
Crise existentielle et spirituelle en 1585, à 19 ans " serai-je du nombre des élus ou serai-je damné ? " Inquiétude intellectuelle qui devient angoisse du cœur et épreuve de santé … il va aux portes de la mort jusqu'au jour où aux pieds de la Vierge, il fait une prière d'amour et d'abandon.

Etudes de droit à Padoue (1588-1591) Son père le destine au Sénat de Savoie.
Nouvelle crise, cette fois-ci intellectuelle et théologique à nouveau sur le sujet de la prédestination.

1592, rejoint la Savoie. Il persévère dans son désir de devenir prêtre. Son père cède à contre cœur quand on propose à François d'être Prêvot (vicaire général) du diocèse d'Annecy. Il est ordonné prêtre en décembre 1593.

Homélie d'installation comme prêvot : son programme :
Conquérir les âmes par l'amour et non les armes.
Comment, par notre propre exemple : prière, jeûne, témoignage.
" Vivre en enfants de Dieu, non seulement de nom, mais d'effet. "
Donne lui-même l'exemple : vie austère de prière et pénitence, souci de sa charge de prêtre et de prêvot : prêche, confesse, réconcilie, catéchise.
Ses fidèles préférés : les pauvres, les enfants, les prisonniers.
Il conquiert Annecy par la charité.

Missionnaire au Chablais (1594-1598)
Le Duc de Savoie veut ramener cette région à la foi catholique.
François accepte d'y aller, et part seul.
Son témoignage d'amour et de rectitude intellectuelle séduit progressivement.

1599, est nommé évêque et coadjuteur de Mgr de Granier, Prince-évêque de Genève en exil à Annecy depuis la réforme.

1602. Voyage à Paris pour régler la question financière des paroisses du Pays de Gex, alors possession du roi de France. Il échoue. Mais il connaît un succès spirituel personnel étonnant. Fréquente le cercle Acarie, rencontre Bérulle. Le roi veut le garder mais François refuse et revient en Savoie.

29 septembre 1602, mort de Mgr de Granier. François de Sales devient Prince-évêque de Genève. Comme évêque, il prend pour modèle Charles Borromée. Il aura le souci de visiter toutes les paroisses de son diocèse et de continuer d'être très présent dans son ministère sacerdotal comme avant.
Il aura une intense activité et une correspondance importante de direction spirituelle. Son premier livre qui sera un best-seller est écrit dans cette perspective : l'Introduction à la Vie dévote.

Il fonde à Annecy avec Antoine Favre l'Académie Florimontane. Richelieu s'en inspirera pour fonder l'Académie Française.

En 1610, il fonde la Visitation Sainte Marie avec Jeanne de Chantal, fondation originale destinée à accueillir aussi les femmes de santé fragile et les veuves désirant vivre la vie religieuse. Elles commenceront par aller aussi visiter les pauvres et les malades d'Annecy. Mais quelques années plus tard, l'archevêque de Lyon exigera que les sœurs soient cloîtrées, la vie religieuse féminine à ce moment là ne pouvant se concevoir hors de ce cadre. François fait de la Visitation un foyer privilégié de la dévotion. Vincent de Paul qui l'a rencontré dira de lui qu'il apparaît comme " l'homme qui a reproduit le mieux le Fils du Dieu vivant ! "

Il écrit un deuxième ouvrage : Le Traité de l'Amour de Dieu, qui contient l'essentiel de sa pensée spirituelle et mystique.

En 1618, nouveau voyage à Paris. Il fait à nouveau un triomphe.
En 1622, il doit accompagner le duc de Savoie à Avignon, mais sa santé, déjà fragile, fléchit gravement. Il meurt sur le chemin du retour à la Visitation de Lyon le 28 décembre 1622.

Avant d'être le " Docteur de l'amour ", comme son décret de canonisation le précise, il fut un cœur qui vivait d'amour, par l'amour, pour l'amour.

 

Abbaye Saint Benoît de Port-Valais ; Bibliothèque