Constantinople et Jérusalem

rendre à Jérusalem soit par terre, en longeant le littoral ou par mer et débarquer au port de Joppé. Ce voyage dut prendre au moins une année, de Lausanne à Jérusalem où St Himier arriva vers la fin de 507 ou au commencement de l'année 598.
Ce qui fait supposer que ce voyage se fit de Constantinople à Jérusalem par mer, c'est le texte même de la légende:
« Ayant donc traversé les mers, il arriva dans la ville sainte, avec son fidèle compagnon Elbert et y resta trois ans, visitant les lieux saints et se livrant à la pratique assidue des veilles et des prières et à l'étude des langues syriaque et arabe. En ce temps là, il arriva qu'une île du voisinage, habitée par des paysans, fut infectée par un horrible griffon qui attaquait chaque jour et dévorait les hommes. Dans cette cruelle extrémité le roi de l'île, de l'avis des grands de sa cour et de tout son peuple, envoya des députés au gouverneur de Jérusalem, promettant que si on envoyait dans son île quelque saint homme qui pût les délivrer de ce monstre, lui et son peuple embrasseraient la foi chrétienne. Comme personne n'osait entreprendre cette oeuvre difficile, Himier, poussé par l'inspiration divine et se confiant dans la protection d'en haut, accepta du patriarche de Jérusalem cette pénible mission et, conduit par les envoyés du roi, il arriva dans l'île où il fut reçu avec les plus grands honneurs. Quelques jours après, comme il était au milieu du peuple assemblé, le monstre descendant des rochers où il avait établi son repaire, voulut se jeter sur les habitants réunis. En entendant le bruit horrible de ses ailes, tous se jetèrent la face contre terre. Mais le bienheureux Himier, sans rien craindre, fit le signe de la croix et les yeux levés vers le ciel, il fit cette prière en répandant d'abondantes larmes: Seigneur qui, par les humiliations de votre fils, avez relevé le monde de son abaissement, relevez par la grâce du Saint Esprit les cœurs de ce peuple abattu, afin qu'arraché aux ténèbres de l'idolâtrie et délivré du péril qui le menace, par la force de votre Saint Nom, il reconnaisse la clarté de la vraie lumière, c'est-à-dire le Soleil de Justice, Jésus-Christ notre Seigneur qui vit et règne avec vous dans tous les siècles des siècles, Amen ».
Sa prière achevée, Himier ordonna au monstre de quitter cette terre qu'il désolait, et de s'enfuir au plus loin, après avoir laissé en partant, un ongle de ses griffes. Aussitôt le griffon obéit et s'arracha lui même avec son bec un ongle, qu'il laissa tomber au pied du saint homme; puis il s'envola et ne reparut jamais dans cette île. Le roi et le peuple furent instruits dans la foi, et le bienheureux Himier, les ayant baptisés et leur ayant donné trois prêtres pour les conduire, revint à Jérusalem où il fut reçu en triomphe, rapportant l'ongle du griffon comme un témoignage du miracle ».

Représentation contemporaine de St Imier, par Georges Schneider

Vitrail de St Imier dans l'église de Damphreux

P. 1p. 2 ; p. 3 ; p. 4 ; p. 5 ; p. 6 ; p. 7 ; p. 8 ; p. 9 ; p. 10 ; p. 11 ; p. 12 ; p. 13 ; p. 14 ; p. 15 ; p. 16 ; p. 17 ; p. 18 ; p. 19 ; p. 20 ; p. 21; p. 22 ; p. 23 ; p. 24 ; p. 25 ; p. 26 ; p. 27p. 28 , p. 29 ; p. 30 ; p. 31;
p. 32 ; p. 33 ; p. 34 ; p. 35 ; p. 36 ; p. 37 ; p. 38 ; p. 39 ; p. 40 ;
Abbaye Saint Benoît ; Chapelle du Vorbourg

Pour nous contacter :

Téléphone : + 41 (032) 422 21 41
Télécopie : + 41 (032) 422 21 41Messagerie : portier@abbaye-saint-benoit.ch