VIE DE
SAINT URSANNE

Abbaye
Saint Benoît

Saint Ursanne, disciple de saint Colomban vint d'Irlande (ou du pays de Galles ?) avec son maître et d'autres moines célèbres, pour annoncer l'Evangile aux populations barbares qui étaient venues s'établir sur le territoire du défunt Empire Romain.
    Daniel-Rops dans sa préface nous dit qu'il avait rencontré le nom d'Ursanne, « cet excellent saint, dans la noble cohorte de ces missionnaires celtiques qui, au cœur du chaos barbare, se lancèrent à la reconquête du continent, pour tout dire parmi ces Irlandais héroïques et hirsutes envers qui j'éprouve quelques dilections. »
    Les envahisseurs avaient naturellement amenés leur divinités avec eux et il fallait bien la vigueur de ces Irlandais pour favoriser leur « inculturation ». L'Evangile rentrait en ce temps-là par la force du bâton, tout comme le témoignage du repentir. Les idoles étaient brûlées et nul ne songeait à les enfermer dans des musées. Étrange catéchèse qui porta pourtant ses fruits.
     On s'interroge sur la correspondance entre les belles homélies attribuées à saint Colomban et la farouche énergie qu'il manifestait à implanter l'Évangile « de sa main forte et de son bras étendus ».
    Après avoir traversé l'ancienne Gaule romaine, nos moines s'arrêtèrent à Luxeuil et y fondèrent le célèbre monastère d'où sortirent plus tard saint Germain et saint Randoald. De Luxeuil qui est aujourd' hui une paisible petite ville d'eau, Saint Colomban dut s'exiler sur l'ordre de Thierry II, roi de Bourgogne et plus tard d'Austrasie, ainsi que de sa grand-mère la terrible Brunehaut qui à son fils un véritable harem. De l'art d'être grand-mère… Nobles et hauts personnages de tous temps, qu'ils se nomment rois, princes, présidents ou ministres, n'apprécient jamais qu'on leur rappelle qu'ils sont eux aussi poussière et soumis à la Loi du Christ, s'ils veulent un jour pouvoir être accueillis dans ce Royaume qui n'est pas le leur.
    Colomban poursuivi par la haine de cette mégère, avec quelques-uns de ses fidèles, erra donc en Gaule et sur les bords du Rhin. Dans l'Helvétie orientale nos moines se séparèrent. Saint Colomban apprécia-t-il toujours la chose ? On peut en douter à voir la dureté avec laquelle il traita saint Gall. Il lui interdit notamment de célébrer  l'Eucharistie jusqu'à sa propre mort ; malade, Gall

Page 1 ; page 2 ; page 3 ; page 4; page 5 ; page 6; page 7 ; page 8 ; page 9 ; page 10 ; page 11 ; page 12
Abbaye Saint Benoît de Port-Valais ; Chapelle Notre-Dame du Vorbourg

Pour nous contacter :

Téléphone : + 41 (032) 422 21 41
Télécopie : + 41 (032) 422 21 41
Messagerie : portier@abbaye-saint-benoit.ch