Homélies octobre 2015
Précédente Accueil Suivante Célébrations

Chapelle N-D du Vorbourg / CH-2800 Delémont (JU) / tél/fax + 41 032 422 21 41

Accueil
Remonter
Homélies avril 2017
Homélies janvier 2016
Homélies avril 2016
Homélies mai 2016
Homélies juin 2016
Homélies juillet 2016
Homélies août 2016.htm
Intentions de prière 2016
Homélies janvier 2015
Homélies février 2015
Homélies mars 2015
Homélies avril 2015
Homélies mai 2015
Homélies juin 2015
Homélies juillet 2015
Homélies août 2015
Homélies septembre 2015
Homélies octobre 2015
Homélies novembre 2015
Homélies décembre 2015
Intentions de prière 2015
Homélies juillet 2014
Homélies août 2014
Homélies septembre 2014
Homélies octobre 2014
Homélies novembre 2014
Homélies décembre 2014
Intentions de prières 2014

Horaire des célébrations

CHAPELLE NOTRE-DAME DU VORBOURG

Octobre 2015 

Jeudi 1er  octobre Messe 08h30 Ste Thérèse de l'Enfant-Jésus, v.d.
Vendredi 2 octobre Messe 08h30 SS. Anges Gardiens
Samedi 3  octobre Messe 08h30 Ste Vierge Marie

Dimanche

4 octobre Messe

Chapelet

09h30

15h30

27e Dimanche TOB

S. François d'Assise

Dimanche

11 octobre Messe

Prière Mariale

09h30

15h30

28e Dimanche TOB

S. Jean XXIII

Lundi 12  octobre Messe 08h30 Férie du temps ordinaire

Mardi

13  octobre

Messe

08h30 Vierge Marie
Mercredi 14  octobre Messe 18h00 S. Jean-Marie Vianney, pr.
Jeudi 15  octobre Messe 08h30 St Calliste, 1er pp. m.
Vendredi 16 octobre Messe 08h30 S. Gall, erm.
Samedi 17  octobre Messe 08h30 S. Ignace d'Antioche,
év. m.

Dimanche

18  octobre Messe

Chapelet

09h30

15h30

29e Dimanche TOB

Saint Luc

Lundi 19  octobre Messe 08h30 SS. Martyrs du Canada / S. Paul de la Croix, pr.

Mardi

20  octobre Messe 18h00 Férie du temps ordinaire

Mercredi

21  octobre Messe 18h00 Férie du temps ordinaire
Jeudi 22  octobre Messe 08h30 S. Jean-Paul II, pape

Vendredi

23  octobre Messe 08h30 S. Jean de Capistran, pr.
Samedi 24  octobre Messe 08h30 Vierge Marie
(S. Antoine-Marie Claret)
Dimanche 25  octobre Messe

Prière Mariale

08h30

15h30

30e Dimanche TOB

 


INTENTIONS DE PRIÈRE DU PAPE FRANCOIS

OCTOBRE
 

Universelle - La traite des personnes
Pour que soit éradiquée la traite des personnes, forme moderne d'esclavage.

Pour l'évangélisation  - La mission en Asie
Pour que, dans un esprit missionnaire, les communautés chrétiennes du continent asiatique annoncent l'Evangile à tous ceux qui l'attendent encore.


Homélies au Sanctuaire

11 octobre 2015
28ème dimanche du Temps Ordinaire  

Lectures de la messe du jour

1ère lecture : « À côté de la sagesse, j’ai tenu pour rien la richesse » (Sg 7, 7-11)
Psaume : Ps 89 (90), 12-13, 14-15, 16-17
2ème lecture : « La parole de Dieu juge des intentions et des pensées du cœur » (He 4, 12-13)
Evangile : « Vends ce que tu as et suis-moi » (Mc 10, 17-30)
 

Frères et Sœurs,

Le Seigneur est interpellé aujourd’hui par un homme qui paraît tourmenté par quelque chose d’hors du commun pour nos contemporains, la vie éternelle. Quel âge a-t-il ? Il accourt vers Jésus, ce qui n’est plus une caractéristique commune passé un certain âge. L’Evangile parallèle de saint Matthieu utilise un mot spécial, neanias, indiquant l’âge où l’on court encore beaucoup, un jeune homme. Il ne s’agit pas d’un sympathique footing vespéral autour du Vorbourg. Sa recherche se traduit par un geste. Il tombe à genoux. Devant le Seigneur. Surprenante attitude lorsque nous comprendrons par la suite qu’il a de grands biens. Cela  se traduirait actuellement pour ce bon parti en mariage, par tout ce que nous voyons dans les catalogues de luxe et que nous n’avons pas, par les révérences de grands banquiers et de toute autorité après les élections. Normalement l’intérêt pour un petit prédicateur de province devrait être limité. Jésus, à votre avis, quel degré peut-il avoir dans le répertoire des ressources humaines d’hier et d’aujourd’hui ?

Ce jeune homme riche, tombe donc à genoux aux pieds de Jésus et lui demande : « Bon Maître, que dois-je faire pour avoir la vie éternelle en héritage ? ». Aurait-il donc quelque chose qu’il n’a pas ? On croirait qu’il demande à Jésus une suprême sécurité, la grande assurance vie : Jésus fournisseur de la police d’assurance « vie éternelle ». Qu’est-ce qui dans sa vie, a pu l’amener à une telle interrogation ?

S’il est jeune et a de grand bien, utilisant le mot héritage à propos de la vie éternelle, nous pouvons imaginer qu’il a déjà fait un bel héritage. Il a peut-être vu mourir ses parents. Pourquoi pas ?

L’entendant ensuite répondre à Jésus énumérant les commandements : « Maître, tout cela, je l’ai observé depuis ma jeunesse. » Nous pouvons nous dire aussi « Tiens ! Il a reçu une bonne éducation religieuse, il l’a fait passer dans sa vie, voilà une belle partie dans son héritage. » Quelque chose d’autre que les biens matériels le tourmente.

Après sa réponse, « Jésus posa son regard sur lui, et il l’aima. », dit l’Evangile. C’est un mouvement du cœur. Dieu aime ceux qui conforment leur vie à sa parole. Jésus veut le faire aller plus loin.

Le jeune homme a déjà été béni de Dieu parce qu’il a de grands biens, suivant la conception juive. Quelle est l’intention de Jésus ? Il veut lui donner de découvrir comment recevoir le plus bel héritage, la vie éternelle, non pas en faisant quelque chose, mais en aimant quelqu’un, en répondant à l’amour qu’il a pour lui. C’est cela « aimer Dieu par-dessus tout ».

Vous aurez peut-être remarqué dans la réponse de Jésus qu’il a cité les commandements concernant l’amour du prochain et non pas ceux concernant l’amour de Dieu. « Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton coeur, de toute ton âme, de toute ta pensée, et de toute ta force. »

Le Seigneur demande à ce jeune homme de renoncer à tout, de l’aimer par-dessus tout  pour découvrir Dieu, pour découvrir qu’il est aimé de Dieu et que Dieu, c’est lui. C’est lui, Jésus qui nous donne part à son héritage à lui, la vie éternelle. Il faut lui demander sa miséricorde pour le recevoir ! Que demandez-vous dit-on au jeune novice qui entame son chemin. « La miséricorde de Dieu et le partage de votre vie fraternelle » lui est-il demandé de répondre.

Saint Benoît dans sa règle dit ceci auparavant à propos de celui qui se présente : « Quelqu'un vient-il dans le but de mener la vie monastique, il ne faut pas s'empresser de l'y introduire, mais plutôt se conformer à l'avis de l'Apôtre " : Eprouvez ses dispositions, voyez si elles s'inspirent de Dieu." Lors donc que le nouveau venu persévère à frapper à la porte. Et que, devant les rebuffades et les difficultés qu'on oppose à son admission, il montre pendant quatre ou cinq jours autant de patience à les supporter que de persistance dans sa requête, ou lui donnera l'entrée et on le logera pour quelques jours à l'appartement des hôtes. », ensuite seulement autrefois il entrait au noviciat. Les tests sont un peu plus longs aujourd’hui. Qu’examine-t-on alors ? Un ancien doit s'assurer que le novice cherche véritablement et effectivement Dieu. L’aime-t-il vraiment ? S’il veut entrer, ce n’est pas pour le bon manger, pour la bibliothèque, pour une atmosphère de prière qui vous porte, cela changera aux premières fausses notes ou à celles qui durent, ce n’est même pas pour un bâtiment. C’est pour le Seigneur.

Il n’est pas demandé à chacun de devenir moine, sinon, bien entendu il n’y aurait assez rapidement plus de moines, ce qui est un bon argument pour la défense de la famille, mais pas le plus fondamental. Elle est voulue par Dieu, elle est image de la Sainte Trinité dans son unité et la transmission de l’amour de Dieu. C’est là que nous apprenons à devenir héritier de la vie éternelle. Personne ne peut renoncer à chercher Dieu et à l’aimer par-dessus tout. Cela inclut d’essayer de témoigner de l’amour de Dieu et d’en être l’instrument.

Une famille chrétienne est le premier lieu où la foi se transmet, une petite église. Le synode actuel à Rome a pour thème : « La vocation et la mission de la famille dans l'Église et dans le monde contemporain » (23 juin 2015). Si le pape veut que l’Eglise soit une sorte d’hôpital de campagne de la famille, c’est qu’elle est malade dans la famille, en particulier chez nous. Alors quelles sont les richesses que nous avons à quitter. Qui est le médecin ?

Le Seigneur illustre la nécessité de le préférer à tout, avec cette sorte de parabole du chameau. Les professeurs d’exégèse se demandent s’il n’y a pas une faute dans le texte. Il n’y a pas de trace de porte appelée « Trou de l’Aiguille » à Jérusalem. Un « e » qui aurait pris la place d’un « i » dans le texte faisant passer de Kamilon, la corde à un chameau Kamelon. C’est le Père Ludovic Nobel recteur de Notre-Dame de Bourguillon, professeur d’exégèse à Fribourg qui le relève dans son dernier courrier de Torry. Mais les chameaux des rois mages et leurs richesses d’Orient permettent tout de même une intéressante approche spirituelle. Il faut tout abandonner devant Jésus présent en personne dans ses pauvres pour le rencontrer et le suivre ensuite sur les chemins de la vie. Il nous y attend invisible, mais présent dans notre cœur, l’église et nos petites églises, nos familles.

Sainte Famille de Nazareth, Jésus, Marie et Joseph, écoutez-nous, exaucez notre prière. Amen.

Début de la page