Homélies octobre 2014
Précédente Accueil Suivante Célébrations

Chapelle N-D du Vorbourg / CH-2800 Delémont (JU) / tél/fax + 41 032 422 21 41

Accueil
Remonter
Homélies avril 2017
Homélies janvier 2016
Homélies avril 2016
Homélies mai 2016
Homélies juin 2016
Homélies juillet 2016
Homélies août 2016.htm
Intentions de prière 2016
Homélies janvier 2015
Homélies février 2015
Homélies mars 2015
Homélies avril 2015
Homélies mai 2015
Homélies juin 2015
Homélies juillet 2015
Homélies août 2015
Homélies septembre 2015
Homélies octobre 2015
Homélies novembre 2015
Homélies décembre 2015
Intentions de prière 2015
Homélies juillet 2014
Homélies août 2014
Homélies septembre 2014
Homélies octobre 2014
Homélies novembre 2014
Homélies décembre 2014
Intentions de prières 2014

 

Horaire des célébrations

CHAPELLE NOTRE-DAME DU VORBOURG

OCTOBRE 2014

 

Dimanche

5 Octobre

Messe

Chapelet

09h30

15h30

27ème Dimanche du TO

Lundi

6 Octobre

Messe

08h30

S. Bruno, pr. erm.

Mardi

7 Octobre

Messe

18h00

Notre-Dame du Saint Rosaire

Mercredi

8 Octobre

Messe

8h30

férie

Jeudi

9 Octobre

Messe

8h30

S. Denys et comp.

Vendredi

10 Octobre

Messe

8h30

Défunts

Samedi

11 Octobre

Messe

8h30

Vierge Marie

S. Jean XXIII, pp

Dimanche

12 Octobre

Messe

Prière Mariale

09h30

15h30

28ème Dimanche du TO

Lundi

13 Octobre

Messe

08h30

Férie

Mardi

14 Octobre

Messe

18h00

S.Calliste Ier, pp.m.

Mercredi

15 Octobre

Messe

8h30

Ste Thérèse d'Avila, v.d.

Jeudi

16 Octobre

Messe

8h30

S. Gall, erm.

Vendredi

17 Octobre

Messe

8h30

S. Ignace d'Antioche, év. m.

Samedi

18 Octobre

Messe

8h30

S. Luc, évang.

S. Jean XXIII, pp

Dimanche

19 Octobre

Messe

Chapelet

09h30

15h30

29ème Dimanche du TO

Dimanche

26 Octobre

Messe

Chapelet

09h30

15h30

30ème Dimanche du TO

Lundi

27 Octobre

Messe

08h30

Férie

Mardi

28 Octobre

Messe

18h00

SS. Simone et Jude, ap.

Mercredi

29 Octobre

Messe

8h30

Bse Chiara Luce

Jeudi

30 Octobre

Messe

8h30

Férie

Vendredi

31 Octobre

Messe

8h30

Ste Vierge Marie

Samedi

1er Novembre

Messe

9h30

Toussaint

Dimanche

2 Novembre

Messe

Chapelet

09h30

15h30

Commémoration
de tous les fidèles défunts

Confessions :  Mardi après-midi, Mercredi après-midi, Jeudi après-midi, Vendredi après-midi, Samedi matin.

 

Laissez-nous vos intentions de prière .  Merci de votre visite. Fr. Dominique et Fr. Paul.

 

Intentions du Pape François pour Octobre

- OCTOBRE 2014

Générale : La paix
Pour que le Seigneur accorde la paix aux régions du monde les plus atteintes par la guerre et la violence.

Missionnaire : La Journée missionnaire mondiale
Pour que la Journée missionnaire mondiale réveille en chaque chrétien la passion
et le zèle nécessaires pour porter l'Evangile au monde entier.


 

Homélies et mots spirituels au Sanctuaire

 

27ème dimanche du Temps Ordinaire
 

Lectures de la messe du jour

1ère lecture : Le Seigneur est déçu par sa vigne bien-aimée (Is 5, 1-7)
2ème lecture : Dieu donne sa paix à ceux qui sont fidèles (Ph 4, 6-9)
Evangile : Parabole des vignerons meurtriers (Mt 21, 33-43)

 

Frères et Sœurs,

Il n’est je crois personne qui prétende au moins ignorer l’existence du fruit de la vigne. A défaut d’en fournir les meilleurs crus localement, les productions de nos voisins peuvent nous donner quelques consolations. Prudence toutefois ! Saint Benoît affirme que le vin n'est nullement fait pour les moines mais qu’il n’était guère possible de les en persuader au 6ème siècle. Convenons du moins de n'en pas boire à satiété, mais de rester en deçà, car le vin fait déraisonner même les sages, dit-il. Les temps actuels nécessitent pour l’automobiliste, une prudence renouvelée en raison de la législation.
La vigne est une plante biblique, et si le Seigneur en a choisi le fruit pour l’eucharistie, on ne peut plaider pour son abolition sans toucher au sacrement lui-même. L’âpre et savant saint Jérôme trouva une excuse à Noé qui subit les effets consécutifs à une consommation excessive. Noé but du vin et s'enivra dit-il. Il est vrai que, vivant dans un siècle nouveau et ayant lui-même planté de la vigne, il ignorait les propriétés de son fruit. L’absolution est donnée : l’ignorance de l’expérimentateur.
L’image de la vigne est fréquente dans l’Ecriture. La finale du cantique des cantiques, mentionne la vigne qu’avait Salomon et qu’il confia à des gardiens, à des surveillants. La vigne est l’image de l’épouse, de l’aimée. Le vin symbole de joie très humaine, l’est aussi de l’amour de Dieu. La vigne est la joie de celui qui la possède (Cant. 88,11). Lorsque Dieu veut punir son peuple, il le prive de vin. « Ces vignes délicieuses que vous avez plantées, vous n'en boirez pas le vin. » (Amos (BJ) 5)
Nous nous rappelons que le Seigneur changea à Cana l’eau en vin et en vin de qualité. Il est l’Epoux de son Eglise, de son unique épouse.
Jésus dans notre Evangile ne reproche pas à la vigne de ne pas donner de bons fruits, mais aux vignerons de ne pas le lui livrer. Quel est ce vigneron ? Saint Matthieu est direct : « Le royaume de Dieu vous sera enlevé pour être donné à un peuple qui lui fera produire son fruit. » C’est le peuple donc. Toutefois, l’ancien pape Benoît XVI nous disait voici trois ans déjà que ces paroles de Jésus « font penser aux grandes responsabilités de qui, à chaque époque, est appelé à travailler dans la vigne du Seigneur, spécialement avec un rôle d’autorité, et poussent à renouveler la pleine fidélité au Christ. »
On peut aussi ne pas être indifférent en cette matière à l’histoire de l’Eglise elle-même, surtout en voyant ce qui se passe malheureusement de manière très visible et dramatique en Orient. Combien de lieux deviennent des déserts de la foi ? Une tristesse certaine peut nous toucher lorsque nous voyons tant de terres où la présence chrétienne se réduit à des monuments historiques que l’on détruit encore. En plus de la mémoire informatique, il est nécessaire que cette tradition demeure vivante en nous et que l’Eglise continue de respirer avec ses deux poumons. Ne craint-on pas aussi des avancées en matière de désertification chrétienne en Occident et à nos portes même. Il est légitime de s’interroger lorsque Bâle ville comporte 43 % de citoyens qui se déclarent officiellement sans religion. Ne parlons même pas des prêtres en très, très petit nombre dans les métropoles alémanes, Berne comprise. Le problème de fond est la question de la foi estimait le nouvel évêque de Sion. Il est difficile de lui donner tort. La vigne dans notre diocèse et notre région pastorale, dans notre paroisse, doit pouvoir fournir un fruit qui fasse la joie de Dieu. Il ne s’agit pas d’être gentil et aimable simplement. C’est sur le Christ, la pierre angulaire que nous devons nous appuyer très fermement. Le Peuple de la nouvelle Alliance scellée dans le sang du Christ, c’est-à-dire nous, aujourd’hui est un peuple qui grâce à la venue de l’Esprit doit produire une récolte de sainteté et d’amour de Dieu, incomparable. Solidement ancrés dans la foi à la pierre angulaire qui est le Christ, nous restons en Lui comme le sarment qui ne peut pas porter de fruit par lui-même s’il ne reste pas dans la vigne. Ce n’est qu’en Lui, par Lui et avec Lui que s’édifie l’Eglise, peuple de la nouvelle Alliance.
Qu’est-ce que cultiver la vigne ? Dans son chant de la vigne, Isaïe nous l’explique : « Mon ami avait une vigne sur un coteau plantureux. Il en retourna la terre et en retira les pierres, pour y mettre un plant de qualité. » En ce domaine les ennuis évoluent aussi, on a lu récemment que des insectes venaient pondre dans des grains murs, abîmant la vendange. Notre temps a fourni bon nombre de résistances et d’obstacles à l’Evangile, dans notre vivre ensemble et dans les cœurs, pourtant le propos de saint Paul est une clef toujours valable : Ce que vous avez appris et reçu, ce que vous avez vu et entendu de moi, mettez-le en pratique. Et le Dieu de la paix sera avec vous. Il s’agit de mettre d’abord en pratique nous-même l’enseignement reçu. A quoi cela sert-il donc ? A nous rapprocher du Christ, et à faire ainsi rayonner l’Evangile. Un sympathique ouvrage m’est tombé sous la main cette semaine. Il présente les stylites, des moines étranges qui restaient au sommet d’une colonne pendant de nombreuses années, du côté de la Syrie et de l’Orient, c’est assez particulier. Pourtant leur labeur ascétique qui n’est pas à imiter sous cette forme a porté des fruits remarquables. Se rapprocher de Dieu à la manière monastique est bénéfique pour l’Eglise entière, mais la transmission de la foi se doit de passer par des voies ordinaires, Dieu aimant ce qu’il a créé… Le moyen le plus ordinaire par lequel passe la culture de la vigne du Seigneur et l’art d’apprendre à lui faire porter du fruit, c’est bien entendu la famille. Ce véhicule majeur de l’annonce de l’Evangile est malheureusement bien endommagé, c’est le moins que l’on puisse dire et l’Eglise doit œuvrer pour le remettre en état. Mais l’Eglise cela ne signifie pas l’institution limitée à une sorte de decorum extérieur de plus ou moins bonne qualité et à des services. Les évêques qui se rassemblent aujourd’hui pour le synode, vont essayer de faire un état de la situation de la famille dans le monde, puis de trouver des pistes avec l’aide de l’Esprit-Saint. Mais il est évident que cela ne se réalisera pas avec quelques sermons édifiants et un bon compte-rendu.
La sainteté des enfants passe dans une certaine mesure par les parents. Pour illustrer cela, des reliques des bienheureux époux Zélie et Louis Martin et de leur fille Sainte-Thérèse de Lisieux, sont présentes dans la chapelle de la Salle du Synode. Ceux d’entre vous qui ont des enfants encore jeunes ou un peu moins jeunes ne sont heureusement pas réduits à l’état de reliques. Le Seigneur a besoin de vous dans son Eglise aujourd’hui pour faire produire du fruit de qualité à sa vigne, ne serait-ce que par la prière. Elle est urgente elle aussi. Il veut un grand cru.
Pour conclure voici encore une fois la prière pour le synode que le pape François nous a proposée.
 

Jésus, Marie et Joseph en vous nous contemplons la splendeur de l’amour véritable, à vous nous nous adressons avec confiance.
Sainte Famille de Nazareth, fais aussi de nos familles des lieux de communion et des cénacles de prière, des écoles authentiques de l’Évangile et des petites Églises domestiques.
Sainte Famille de Nazareth, que jamais plus dans les familles on ne fasse l’expérience de la violence, de la fermeture et de la division : que quiconque a été blessé ou scandalisé connaisse rapidement consolation et guérison.
Sainte Famille de Nazareth, que le prochain Synode des Évêques puisse réveiller en tous la conscience du caractère sacré et inviolable de la famille, sa beauté dans le projet de Dieu.
Jésus, Marie et Joseph écoutez-nous, exaucez notre prière.

Début de la page


12 octobre 2014
28ème dimanche du Temps Ordinaire
 

1ère lecture : Le festin messianique (Is 25, 6-9)
Psaume : 22, 1-2ab, 2c-3, 4, 5, 6
2ème lecture : La vraie richesse dans le Christ (Ph 4, 12-14.19-20)
Evangile : Parabole des invités au festin (brève : 1-10) (Mt 22, 1-14)
 

Frères et Sœurs,   

Le Royaume qu’est-ce que ce sera ? Quand Dieu sera tout en tous. Le Seigneur nous en donne une image. Le Royaume, c’est une fête, des noces, une fête qui dure toujours. L’image nous est familière. Dans l’Evangile de Saint Matthieu, cette parabole se situe dans le cadre de trois paraboles sur le jugement, après l’épisode des rameaux et celui où Jésus chasse les vendeurs du Temple. Nous sommes en pleine confrontation avec les pharisiens et les sadducéens. Le jugement approche, mais pas à la manière dont certains l’attendaient, puisque les noces de Jésus avec son Peuple, avec son Eglise auront lieu sur la croix.

L’exemple que donne Jésus ne sera compris que sur la croix justement. Le Messie, le Fils du Roi est rejeté lui-même après tous les autres prophètes, car il était le dernier des envoyés, ce que la parabole ne dit pas, mais que nous percevons. Ceux qui avaient accès à la connaissance de Dieu n’avaient pas reconnu celui qui était venu les visiter, et lorsque l’invitation se fait plus pressante on le tue. N’est-ce pas étrange ? Quelqu’un vous invite à une noce, une fiesta dans la vieille ville et vous le faites périr. Impensable ! Quel scandale !

Les opposants à Jésus n’ont pas eu besoin de beaucoup réfléchir pour comprendre qu’ils étaient visés et que Jésus connaissait leurs intentions à son égard. Ce sont des chefs qui ont empêché les habitants de la ville de se rendre à ces noces et curieusement ceux-ci n’ont pas réagi. Il y a là un mystère qui a dépassé les acteurs de cette époque. Le moment était pourtant grave, puisque le salut était en jeu et les responsables le savaient mieux que les autres. Souvenons-nous de la conclusion du festin d’Isaïe : « Voici notre Dieu, en lui nous espérions, et il nous a sauvés ; c'est lui le Seigneur, en lui nous espérions ; exultons, réjouissons-nous : il nous a sauvés ! ». Deux fois les mots de salut reviennent. N’est-ce pas important ?

Cette dramaturgie divine, s’est donc déroulée comme si le mal s’était condensé en un moment. Le bien en la personne de l’époux a affronté les forces du mal. Voici donc que l’époux est victorieux parce que ressuscité et que personne ne peut maintenant le priver de son épouse, de sa seule et unique épouse, son Eglise. Le Roi, Dieu donc, après avoir brûlé la ville des meurtriers et fait tuer tout le monde,  décide d’inviter malgré tout à ces noces, et d’en faire profiter tout le monde. C’est une sorte de changement de régime. Soit on reconnaît l’envoyé de Dieu, soit on se solidarise avec ses anciens chefs et leur destin.

Tous sont invités maintenant. Le roi envoie de nouveaux serviteurs porter son invitation.  Nous pouvons y reconnaître les apôtres et tous les porteurs de l’Evangile, ceux d’hier et d’aujourd’hui. Il en vient de toutes sortes : « Les serviteurs allèrent sur les chemins, rassemblèrent tous ceux qu'ils rencontrèrent, les mauvais comme les bons, et la salle de noce fut remplie de convives. »  Saint Paul nous a donné une description de ce qu’est un messager de l’évangile en témoignant de la manière dont il vit, mais aussi de l’accueil reçu. Il s’en réjouit, comme se réjouissent les membres de nos équipes pastorales lorsqu’elles sont bien reçues chez vous, cela compte pour remplir sa mission. 

Mais voilà que nous arrivons à un deuxième jugement, définitif. La salle est pleine et le Roi y voit un homme  qui ne portait pas le vêtement de noce. Il lui dit : 'Mon ami, comment es-tu entré ici, sans avoir le vêtement de noce ?' Il ne s’agit évidemment pas simplement de la cravate, du costume du dimanche ou du jeans du dimanche en faux délavé… Ce vêtement de noce est celui du baptême, le vêtement lavé dans le sang de l’agneau. Nous nous trouvons donc devant une interpellation du Seigneur sur notre baptême et la manière dont nous avons accueilli sa miséricorde. S’agirait-il simplement de se déclarer baptisé, ce serait assez trop facile.

L’interpellation et la mise en cause sont fortes. Nous sommes invités tous, et il nous reste notre liberté. Invités, pas obligés. Mais il est indispensable en sus d’être en correspondance avec l’événement et celui qui nous accueille. D’être entre guillemets, « jolis » pour Dieu, parfumés de toutes les vertus et du « sent bon » d’une vraie charité. Le pape François aime celui de ses brebis, dit-il. Notre liberté sert à cela : vivre pleinement l’amour de Dieu, l’accueillir et le transmettre en faisant ce qu’il nous demande. Il n’y a pas de prédestination absolue qui nous donne une sorte de laissez-passer spirituel. Je fais ce que je veux, du moment que j’ai mon certificat de baptême et que je peux réciter le credo. Si je fais le bien, c’est que Dieu me destine depuis toujours à vivre avec lui… Il est vrai que les Ecritures parlent de livres et de ceux qui y sont inscrits, mais c’est une image. Ce serait inhumain et un retour au paganisme. Les chrétiens syriens paraissent avoir du lutter contre une prédestination qu’on disait imposée par les astres. Le destin était pour les anciens fixés dans les astres. Aujourd’hui cela arrive aussi. Nous devons nous rappeler aujourd’hui l’importance de cette particularité chrétienne de la liberté  pour adhérer au message évangélique. Il est toujours possible de dire non à Dieu, mais il donne aussi toujours la grâce suffisante nécessaire pour lui dire oui. C’est parfois assez délicat à dire devant des situations difficiles. Celui que le fait prenant considération ses seules forces peut estimer être   apparemment indélicat, mais il le faut, il faut le dire : Dieu donne la grâce pour se relever et avancer, pour traverser des épreuves et des déserts, pour escalader la montagne où sont célébrées les noces de son Fils. Notre parabole manifeste combien la miséricorde de Dieu est grande, puisqu’un seul est interpellé dans la foule, apparemment.   

Hélas nouvelle douche : la multitude des hommes est appelée, mais les élus sont peu nombreux. Le salut est-il réservé à quelques-uns ? Ce serait un retour à cette prédestination combattue par l’Eglise des premiers siècles et aussi avec le jansénisme sous Louis XIV. Le Seigneur nous demande avec insistance c’est d’être vigilants sur l’état de notre tunique baptismale, notre liberté doit donc entrer en jeu. « La vocation du chrétien, disait notre ancien pape Benoît,  l'appelle à être un avec le Christ, auquel il a été uni par le baptême. Se souiller soi-même, c'est souiller l'Unique Saint de Dieu avec lequel le chrétien est devenu un. » Est-ce à dire qu’il faut rester dans son coin d’élu ? Etre un avec le Christ ne peut conduire à la solitude. Même les ermites n’arrivaient pas à rester seuls longtemps autrefois. Il est nécessaire d’aller plus loin. Le pape François dans une de ses audiences nous disait, selon son interprétation : « Si l’Église est née catholique, cela veut dire qu’elle est née « en sortie ». L’Esprit Saint qui surmonte toute résistance,  vainc la tentation de se refermer sur soi-même, entre quelques élus, et de se considérer comme les uniques destinataires de la bénédiction de Dieu. Si certains chrétiens font cela et disent : « Nous sommes les élus, nous seuls », à la fin, ils meurent. Ils meurent d’abord dans leur âme, puis ils mourront dans leur corps, parce qu’ils n’ont pas de vie, ils ne sont pas capables d’engendrer la vie, d’autres personnes, d’autres peuples: ils ne sont pas apostoliques. Et c’est précisément l’Esprit qui nous conduit vers nos frères, même ceux qui sont le plus éloignés dans tous les sens, afin qu’ils puissent partager avec nous l’amour, la paix, la joie que le Seigneur Ressuscité nous a laissés en don. »  

Eh bien, avec la Sainte Famille de Jésus, Marie et Joseph, prions pour lui, et pour le Synode afin l’Evangile soit à nouveau annoncé à commencer par nos familles pour qu’elles puissent redevenir missionnaires, témoins de la foi. Amen.

Début de la page


26 octobre 2014 - 30ème dimanche du Temps Ordinaire

Lectures de la messe du jour

1ère lecture : Dieu exige qu'on aime les pauvres (Ex 22, 20-26)
Quand Moïse transmettait au peuple les lois du Seigneur, il disait : « Tu ne maltraiteras point l'immigré qui réside chez toi, tu ne l'opprimeras point, car vous éti...
Psaume : 17, 2-3, 4.20, 47.51ab
R/ Je t'aime, Seigneur,
Dieu qui me rends fort !
Je t'aime, Seigneur, ma force : Seigneur, mon roc, ma forteresse, Dieu mon libérateur, le rocher qui m'abrite, mon bouclier, mon fort, mon arme de victoire ! Louange à Dieu ! Quand je fais appel au...
2ème lecture : L'annonce de l'Évangile et la conversion (1Th 1, 5-10)
Frères, vous savez comment nous nous sommes comportés chez vous pour votre bien. Et vous, vous avez commencé à nous imiter, nous et le Seigneur, en accueillant la Parole...
Evangile : Amour de Dieu et amour du prochain (Mt 22, 34-40)
Les pharisiens, apprenant que Jésus avait fermé la bouche aux sadducéens, se réunirent, et l'un d'entre eux, un docteur de la Loi, posa une question à Jésus pour le mettre à l'épreuve : « Maître, d...

 

Homélie :

Frères et Sœurs,

Le contexte de notre Evangile diffère un peu entre les Synoptiques. Saint Matthieu et saint Marc le placent vers la fin du ministère de Jésus. Saint Luc au début et il le fait suivre de la parabole du bon Samaritain pour expliquer ce que c’est qu’aimer son prochain. Saint Marc ne fait pas ressentir l’intervenant comme quelqu’un de nécessairement hostile. Il adresse une parole louangeuse à Jésus, d’ailleurs. Son approbation signifiait qu’après de longues études et de recherche la vérité, il était arrivé à la même conclusion. Jésus a une dernière parole marquante et encourageante à son endroit : « Tu n’es pas loin du Royaume de Dieu. » Aller plus loin, c’est naturellement reconnaître Jésus comme envoyé du Père. Après les  débats et disputes entre Scribes, Pharisiens et Sadducéens, le pas n’était certainement pas facile à franchir.

Quoi qu’il en soit, ce condensé de la Loi et des Prophètes ne pouvait que retenir la plus grande attention de saint Augustin, lui qui a mis l’amour au centre de sa réflexion : Aime et fais ce que tu veux. Combien a été long le cheminement, non seulement de ce théologien qui a interrogé Jésus, mais surtout du Peuple de Dieu pour que cette conclusion soit tirée. Il a fallu que l’amour soit pour ainsi dire libéré  de la crainte. Elle a été et est non seulement une sorte de marchepied,  si vous préférez une chrysalide qui laissera échapper un papillon. « L'amour était présent en ces temps anciens comme il l'est maintenant. Mais il était alors plus secret, et la crainte, plus apparente… La crainte diminue à mesure que l'amour augmente… Et quand l'âme est dans une complète tranquillité, il n'y a plus de place pour la crainte, comme le dit aussi l'apôtre Jean: L'amour parfait chasse la crainte (1Jn 4,18). (Sermons  14, 1-2, PLS 2, 449-450) ».

Mais aimer qu’est-ce que cela peut bien signifier ? Une expression utilisée par le cardinal Vingt-Trois a fait florès à l’occasion du dernier Synode : « Est-ce que cela ressemble aux bisounours ? ». Ce sont des oursons de dessins animés pour enfants. Autrement dit, "être sympa". Deux époux qui se sont engagés pour la vie et ont pu la donner, vivant dans la fidélité et le don total de l’un à l’autre, pourraient peut-être mieux nous en parler qu’un traité. Nous en avons toutefois un de contemporain qu’il ne faut pas oublier, la fameuse encyclique « Deus Caritas est » Dieu est amour, de Benoît XVI. Il nous y parle de l’amour de Dieu et du prochain. L’ancien pape valorise l’image non des bisounours, mais du couple pour essayer de le traduire : l’amour entre homme et femme, dans lequel le corps et l’âme concourent inséparablement et dans lequel s’épanouit pour l’être humain une promesse de bonheur qui semble irrésistible, apparaît comme l’archétype (la représentation, l'image idéale) de l’amour par excellence, devant lequel s’estompent, à première vue, toutes les autres formes d’amour.

Il commente longuement une distinction entre l’amour eros, et l’amour agape, (l’amour d’amitié) et laisse échapper ceci au fil de sa réflexion : L’amour comprend la totalité de l’existence dans toutes ses dimensions, y compris celle du temps. Il ne pourrait en être autrement, puisque sa promesse vise à faire du définitif : l’amour vise à l’éternité.

Aimer Dieu est donc un absolu, comme l’amour de Dieu pour nous l’est de toute éternité envers son Fils. Aimer son prochain, c'est le même amour. Comment cet amour s’exprime-t-il de notre côté? Comment ce don s’exprime-t-il ? Par le respect de ce que Dieu a demandé… Si vous prenez le résumé du catéchisme, le compendium, vous constaterez que les dix commandements sont divisés en deux chapitres, le premier traite de l’amour de Dieu avec les trois premiers commandements et le second chapitre avec les sept commandements suivants, de l’amour du prochain.

Mais pourrions-nous "tenter de contester", parler de Dieu et de l’amour de Dieu, c’est très abstrait. Dieu nous a donné une réponse incarnée en la personne de son Fils. Il est l’amour incarné de Dieu. L’Eglise est son Epouse et lors de l’Eucharistie, il se rend présent à et dans son Eglise. Il nous y aide à devenir témoin de son amour. L’Eucharistie ne pourra  déboucher dans notre vie de tous les jours que sur une pratique concrète de l’amour du prochain. L’amour peut nous être «commandé» parce qu’il nous est d’abord donné dans l’Eucharistie. L’amour conduit à la pleine communion, pour conduire à un seul but : la vie avec Dieu et en Dieu.

Cela cadre avec le Message que le Synode pour la famille nous a adressés. Le sommet qui recueille et récapitule tous ces liens de la communion avec Dieu et le prochain est l'Eucharistie dominicale, lorsque, avec toute l’Église, la famille prend place à la table du Seigneur. Lui-même se donne à nous tous, pèlerins de l'histoire en route vers la rencontre ultime lorsque le «Christ sera tout en tous» (Col 3,11).

Amour de Dieu et amour du prochain sont inséparables, c’est un unique commandement, nous expliquait Benoît XVI.  Il n’est plus question d’un «commandement» qui nous prescrit l’impossible de l’extérieur, mais au contraire d’une expérience de l’amour, donnée de l’intérieur, un amour qui, de par sa nature, doit par la suite être partagé avec d’autres. L’amour grandit par l’amour. L’amour est «divin» parce qu’il vient de Dieu et qu’il nous unit à Dieu, et, à travers ce processus d’unification, il nous transforme en un Nous, qui surpasse nos divisions et qui nous fait devenir un, jusqu’à ce que, à la fin, Dieu soit «tout en tous» (1 Co 15, 28).

Que Notre-Dame qui la plus parfaite image de l’Eglise prépare nos cœurs à accueillir l’Esprit, Celui qui est l’amour du Père et du Fils, le don parfait. Amen.

Début de la page


Sainte Catherine de Sienne ; La Bible de la Liturgie